Bibliographie et filmographie

Qu’est-ce-que le parkour?
Le parkour est né il y a une vingtaine d’années à Lisses, en banlieue parisienne, fondé par David Belle, inspiré par son père, Raymond Belle. Le mot “parkour”, dérivé de “parcours”, désigne en réalité deux choses bien distinctes: premièrement, un moyen de locomotion basé sur le principe d’efficience et ne faisant usage que du corps humain ainsi que des structures et objets se trouvant sur sa route (finalité de la pratique); deuxièmement, une méthode d’entraînement, incluant des exercices techniques, physiques, et mentaux destinés à rendre possible l’usage de ce moyen de locomotion (moyen pour atteindre cette finalité). Ces deux dimensions sont évidemment intrinsèquement liées puisque l’une est la condition rendant possible l’autre. Aussi sont-elles désignées par le même vocable: parkour. L’efficience, maître mot du parkour, se définit comme l’optimisation des moyens mis en oeuvre pour parvenir à un résultat; autrement dit, c’est la capacité de produire le maximum de résultats avec le minimum d’effort, de dépense. L’efficience recouvre donc plusieurs dimensions : vitesse, sécurité, économie d’énergie, capacité d’adaptation, fluidité. […]

Pourquoi parkour-literally.com ?

En 25 ans, le parkour s’est propagé partout. Mais n’importe comment.

Le parkour a beau s’être répandu partout, il s’est perdu quelque part sur la route. A ce jour, beaucoup de personnes le pratiquent, sans pour autant avoir la moindre idée de ce dont il s’agit. Les gens bougent, mais ne savent plus pourquoi. Ils ont perdu le sens. Ils font des vidéos pour mesurer la longueur de leur saut de chat-précision, pour se mesurer les uns aux autres. Ils sautent toujours plus loin, plus haut, sont capables de de performances toujours plus impressionnantes, et dont c’est d’ailleurs l’unique vocation: impressionner. Ils font du spectacle, se donnent à voir dans des “jams”, dans des “showreels”, dans des publicités marchandes, sur Facebook, sur Youtube, partout où ils le peuvent. Ils ont parfois du talent mais jamais aucune humilité, parfois du cran mais jamais aucune lucidité, ils font souvent des sauts très grands, mais sans aucune utilité. Ils font pour montrer. Pour se montrer. […]

Manifeste contre l’organisation de compétitions de parkour

Nous, traceuses et traceurs de France et d’ailleurs, nous opposons le plus fermement du monde à l’organisation de championnats et compétitions de parkour.

Cela pour deux raisons majeures:

1-La compétition n’est compatible avec aucun des principes du parkour

« Le parkour est une méthode d’entraînement ».

Celui qui a dit ça n’est autre que son fondateur, David Belle. Il y est question d’efficience, et non de performance; de passer des obstacles, pas de gagner un prix. Et puisqu’il s’agit d’une méthode d’entraînement, cela suppose de l’entraînement, et non du spectacle. Le parkour n’est pas un sport, et n’a rien en commun avec le sport si ce n’est l’usage physique qu’il fait du corps humain. C’est une méthode d’entraînement technique, physique et mentale, une discipline impliquant une philosophie, une façon particulière de penser, de s’entraîner, et de regarder autour de soi.

La compétition n’est rien d’autre que du spectacle. C’est l’adversité donnée en spectacle. Les gens vous jugent sur votre performance physique dans un temps donné. […]

Parkour-parks ou parkour : il faut choisir

 « Entre la nature et nous, que dis-je ? entre nous et notre propre conscience, un voile s’interpose, voile épais pour le commun des hommes, voile léger, presque transparent, pour l’artiste et le poète », Henri Bergson, Le Rire.

Introduction

Face à l’hostilité exprimée par une partie des pratiquants du parkour devant l’inauguration, il y a peu, du premier parkour-park de France, les promoteurs et défenseurs de ce lieu invoquent la liberté individuelle: il faudrait laisser chacun libre de pratiquer là où bon lui semble, personne n’obligeant les pratiquants à venir s’entraîner sur cette nouvelle « aire de parkour » (1).

Le problème est qu’il ne s’agit pas là d’un simple débat d’opinions relevant de positionnements personnels sans autre incidence sur la pratique; ce qui est en question, c’est le sens même de la pratique, sa définition, son essence, et ce qui est en jeu, son devenir et la qualité de sa transmission. C’est tout du moins ce que je vais tenter de montrer ici. […]

De l’absurdité des parkour-parks

Cette démonstration aura l’avantage de se contenter de peu de mots dans la mesure où les arguments qui la motivent relèvent davantage du bon sens que d’un quelconque débat intellectuel.

En effet, pour constater l’incompatibilité des parkour-parks avec la pratique du parkour, il suffit de se reférer à la définition de ce dernier.

1-Définition du parkour

« Le parkour, c’est l’art de se déplacer, aussi bien dans le milieu urbain que dans le milieu naturel, et c’est se servir en fait de toutes les constructions ou les obstacles qui ne sont pas prévus pour à la base » (David Belle, fondateur du parkour)

2-Voie de conséquence

« Le monde est un terrain de jeux », disait David Belle. Si le monde est un terrain de jeux, nul besoin d’en construire! Tout est déjà là, partout autour. Encore faut-il savoir regarder autour de soi.

Se servir de tout ce qui n’est pas prévu pour à la base. Ce n’est pas là un point de détail de la définition, mais bien son coeur, ce qui caractérise cette pratique, c’en est l’essence. […]

5 bonnes raisons de ne jamais participer à aucune compétition de parkour ou de freerunning

« Le parkour est une discipline non-compétitive. » (Hebertiste and TK17)

« Pas de groupe, pas de chef, pas de compétition; juste une voie. » (Sébastien Foucan)

« Le côté martial, c’est la confrontation avec les obstacles. Dans les arts martiaux, t’es obligé de faire mal ou de battre quelqu’un pour savoir que t’es fort. Alors que là [dans le parkour], c’est juste la rencontre entre toi et l’obstacle. C’est toi contre toi-même. » (David Belle)

« Le parkour est un outil qui peut être utilisé pour faire tant de bonnes choses. C’est [important] que les gens en prennent conscience avant qu’il ne soit trop tard et que le parkour ne devienne quelque chose de strictement physique et ne soit réduit au statut de compétition, ou à un moyen de faire de l’argent, et que le message ne soit perdu. » (Daniel Ilabaca)

« Competition pushes people to fight against others for the satisfaction of a crowd and/or the benefits of a few business people by changing its mindset. […]

Fiche-expérimentation: pratiques créatives des espaces

Outillage conceptuel:

1.espace: étendue. Contrairement au lieu, qui est un point figé dans la géométrie spatiale, un endroit désigné, indiqué, limité, circonscrit, l’espace, lui, est mobile, friable, modifiable, habitable, déplaçable. On peut le faire surgir, l’investir, le ré-agencer, le changer. Bref, l’espace est étendue, et l’étendue est mouvement.Et c’est en comprenant cela qu’on en comprend la dimension politique. Finalement, un lieu est un lieu, il est ce qu’il est; mais l’espace, lui, est ce qu’on en fait. Et c’est cela qui en fait l’intérêt. Car si l’espace est mouvement, on peut non seulement y bouger, mais aussi le bouger, le faire bouger. L’espace est en quelque sorte ouvert à toute proposition. Encore faut-il proposer quelque chose.

2.espace public: ensemble des espaces de passage et de rassemblement qui sont à l’usage de tous, l’espace public a pour vocation « d’être le forum où s’expose un problème qui interroge la collectivité ». C’est un espace d’expression et d’échanges entre les individus, espace dans lequel la public-ité (au sens étymologique du terme (état de ce qui est rendu public)) venait originellement créer l’espace de l’agir politique. […]

Parkour : l’art de subvertir le rapport à l’espace public

« Pas plus que la démocratie, l’espace public n’est quelque chose de naturel et qui va de soi. » Hugues Bazin

Prologue : Au cœur de l’exercice définitionnel

Parkour (ou « art du déplacement ») : pratique sportive consistant à se déplacer d’un point A à un point B, et ce en recherchant avant tout l’efficacité dans le franchissement des obstacles. Cette efficacité combine la rapidité, l’économie d’énergie et la prudence. Le Parkour se pratique aussi bien en milieu naturel qu’en milieu urbain, c’est ensuite au traceur(1) d’imaginer le chemin qu’il va suivre, quels obstacles il va franchir et cela en fonction de ses capacités.

Telle est la définition que l’encyclopédie en ligne Wikipédia donne du Parkour. Le terme ne figure à ce jour dans aucun dictionnaire, bien que la pratique qu’il désigne existe vraisemblablement depuis une vingtaine d’années. Et si l’exercice définitionnel n’a jamais cessé de faire débat au sein de la communauté des traceurs, les « puristes » n’admettront aucune extension à une telle définition, principalement, semble-t-il, par souci de fidélité envers la philosophie à l’origine de cette pratique (aspect philosophique hélas exclu de la définition ci-dessus, qui ne fait état que d’une « pratique sportive », quand il s’agit, à mon sens, davantage d’une pratique philosophique, où il est fait un usage qu’on pourrait considérer comme « sportif » du corps humain). […]

Méthodes de préparation physique pour le Parkour

Table des matières:

  1. Avant-propos
  2. Musculation
  3. Flexibilité
1) Avant-propos

Voici une liste assez complète des exercices de musculation nécessaires/utiles à la pratique du parkour. Plusieurs exercices travaillent les mêmes muscles, et vous ne devez pas tous les faire. Je vous conseille de varier, et c’est pourquoi la liste est longue. Tous les exercices se font avec son propre poids, ce qui limite les blessures et les coûts d’entraînement (en fait, ça ne devrait rien coûter). Vous devez aussi voir vos capacités et ce que vous avez besoin pour chaque exercice. Normalement, vous devriez être fatigués à la fin de chaque série, mais encore capables de continuer. Vous ne devez pas être complètement morts à la fin d’une seule série, sauf dans le cas du nombre maximal de répétitions. Lorsque je parle de fois par semaine, voyez-y le nombre de jours où il faudrait faire les exercices choisis en une semaine. Les séries ne comptent pas pour une journée. Par exemple je voudrais dire qu’il faut faire 3 séries de 10 répétition 4 fois par semaine. […]

Le vocabulaire du Parkour

Le Parkour, comme toute discipline, utilise pour chacun de ses mouvements une appellation bien spécifique. Il ne s’agit ici en aucune façon de se marginaliser ou même de se donner un style, c’est un moyen très naturel pour tout pratiquant de se rattacher à une même base commune afin de simplifier les conversations.
Imaginez deux secondes la boxe sans son uppercut, le basket sans son dunk, le foot sans sa roulette marseillaise… Que faudrait-il mettre à la place ? Un coup de poing ascendant à la pointe du menton adverse, un joueur qui saute ballon en mains et qui le dépose dans le cercle s’y accrochant au passage le temps d’une pause victorieuse… Ca n’aurait plus aucun sens.

Pour le Parkour c’est pareil : synthétiser tout déplacement en un terme simple et compréhensible.

La liste n’en est pas très longue mais elle a son importance, aussi en avons-nous fait un récapitulatif afin de vous aider à y voir plus clair si toutefois vous n’aviez pas encore eu le temps de vous familiariser. […]