Lines

Dans cette vidéo (réalisée en Février2015) j’ai décidé de travailler sur les lignes de l’environnement urbain. En me concentrant sur les cadrages,  le côté graphique, les plans de face, la perspective, la symétrie ou les formes géométriques…
Observer ce qui m’entoure de cette manière fut très interessant et enrichissant. notamment dans des lieux qui me sont familiers mais que je n’avais jamais pris le temps de réelement contempler.

Certains mouvements sont justement nés de cette recherche graphique, de ce concept. Il m’arrivait de trouvé un cadrage qui me plaisait, puis de réfléchir aux mouvements qui pourraient s’y adapter, alors que nous procédons généralement dans le sens inverse.

Cela m’a permis de développer autrement ma créativité.

J’ai aussi composé la musique de cette vidéo ( à partir d’une mélodie réalisée auparavant avec Inès Othmani ).  Afin que le son corresponde vraiment au rythme des mouvements, à l’atmosphère, et aux émotions que je voulais transmettre.

Même si le Parkour transforme notre perception de l’environnement, ce projet m’a poussé à aller encore plus loin. En m’éloignant de l’idée de vitesse, de performance, pour simplement prendre le temps de regarder attentivement ce qui m’entoure.

On peut retrouver la musique ici :

Réflexion sur les « Strides » ( Enjambées, Foulées )

A plusieures reprises j’ai vu des gens s’étonner de la possibilité d’encaisser « l’impact » de ce genre de saut sur une seule jambe. Je définierai chaque appui comme un contact le plus léger possible plutôt qu’un impact. Car je ne m’arrête pas du tout sur chacun de ces appuis, au contraire.

J’encaisse l’impact induit par ces mouvements grâce à la course qui suit, permettant de dissiper toute l’énergie accumulée de façon dégressive ( comme une roulade  après un saut de fond ). Même lorsque j’amortis le dernier mouvement pieds joints et que je ralentis de façon beaucoup plus nette il m’arrive souvent d’être emporté vers l’avant, de ne pas stabiliser le mouvement.

J’essaye de redistribuer la force avec l’ensemble de mon corps même s’il n’y a qu’une jambe en appui avec l’obstacle à un moment donné. La position et la force de mes bras, mes épaules, mon bassin et ma jambe libre ont autant d’importance que la force que je met dans la jambe qui semble « encaisser ».
Je commence avec une certaine énergie et je relance le mouvement à chaque appui pour la conserver au maximum.
Plus je prends de vitesse, plus j’augmente la force horizontale qui entraine mon corps vers l’avant, moins je subis l’impact vertical à chaque concact, induit par la gravité.

Je pense que strides sont parfois considérés comme une succession de sauts, que l’on pourrait isoler les uns des autres, alors qu’ils devraient être perçus comme un ensemble.
Lorsqu’on marche on se laisse constament tomber vers l’avant avant de rattraper notre chute. On donne une énergie initiale qu’on conserve ensuite, on est constament en contact avec le sol. Lorsqu’on sprint la même action se produit à une vitesse beaucoup plus importante. Plus la vitesse augmente, plus les foulées s’agrandissent, plus le temps en contact avec le sol diminue. Je cherche à me rapprocher de cette sensation autant que possible.

Il faut cependant être capable de comprendre et de travailler la technique de chaque foulée. Et je pense qu’il est beaucoup plus pertinent de travailler sa technique de course, de l’analyser, la décomposer à l’arrêt, puis progressivement avec de plus en plus de vitesse, au lieu de se concentrer directement sur sa technique de saut.

Nous apprenons à marcher, puis à courir, puis à sauter. J’ai l’impression que les premières étapes sont trop souvent négligées. La course n’est pas assez mise en avant en tant que base dans le milieu du Parkour alors qu’elle est surement la technique la plus utilisée.