S’entraîner au Parkour ?

S’entraîner au Parkour c’est quoi ?
Il y a l’apprentissage d’un répertoire technique. La maitrise de son corps et la compréhension du mouvement. Un développement physique et mental.
Être capable de se déplacer à toutes vitesses, dans tous types d’environnement, de manière sure et contrôlée. Être capable de faire face à toutes sortes d’obstacles, savoir ce que l’on est capable de faire ou pas.
Découvrir la notion de fluidité sur des mouvements et des enchaînements. Apprendre à bien se réceptionner après un saut en hauteur, en longueur, de travers, avec ou sans élan, avec une maitrise de la roulade. Apprendre à doser un saut, pousser plus ou moins fort et dans la bonne trajectoire pour un amorti léger, précis et équilibré.
S’entraîner à passer partout, prendre appuis sur un mur et se hisser au dessus, des murs de toutes tailles, avec tous types de revêtements. Être capable de grimper dans un arbre, sauter sur un tronc, une branche, une barrière, un poteau, marcher en équilibre sur une barrière, faire un tour sur sois même, se déplacer suspendu par les bras…
Faire un tic-tac, un passe muraille, un retour, un saut de fond, un saut de chat classique, plongé, inversé, intégral, un lazy-vault de face, de coté, un speed-vault, un passage glissé, un passage espagnol, une simple roulade, avant, arrière, de coté, plongée… Il existe une infinité de techniques à découvrir, à créer sur mesure…
S’aventurer dans toutes sortes de parcours et viser le « sans fautes » pour apprendre à se fixer des objectifs réalisables du premier coup. […]

Parkour, sémiotique et perception des espaces urbains

En pratiquant la danse et la chorégraphie, je puisais de l’inspiration dans mon environnement. J’utilisais les sensations que je ressentais, les formes, les couleurs, les textures comme stimuli pour créer du mouvement. En commençant à pratiquer le parkour, la façon dont je percevais l’environnement et le comprenais s’est développée très rapidement et de façon inattendue. En effet, des espaces que je négligeais ou qui n’avaient aucune valeur particulière pour moi sont devenu des endroits de valeur (positive ou négative) qui m’offraient des possibilités de mouvement. De cette constatation, j’ai décidé d’explorer la façon dont le mouvement de danseurs et de traceurs est inspiré par l’environnement, en quoi ce mouvement influence la compréhension de la ville par les danseurs et traceurs, mais également pour les passants qui en sont témoins. J’ai demandé à des danseurs et des traceurs d’investir certains espaces urbains et j’ai photographié leurs différentes réactions a ceux-ci. Ce projet sous forme d’installation photographique et de document explicatif fut présenté en 2016 au Laban Conservatoire for Contemporary Dance. […]